Oeuvres


DES LIVRES ESSENTIELS
(Éléments d’une bibliographie du Cheikh Al Alawi)

LA MER EN EBULLITION : COMMENTAIRE DU CORAN
Comme son nom l’indique, c’est un commentaire du Coran (ou plutôt d’une petite partie : le début) que le Cheikh a commencé vers la fin de sa vie et qu’il a dû interrompre à la suite de la maladie puis du décès. C’est néanmoins un commentaire unique en son genre et il ne semble pas que la méthode suivie par le Cheikh ait été déjà utilisée auparavant. En effet, dans ce commentaire mystique le Cheikh distingue dans chaque verset plusieurs niveaux de significations (généralement quatre) et parfois l’analyse structurale d’un groupe de versets mène à des significations inattendues mais combien évidentes. Nul doute que nous sommes là en présence d’un travail d’une grande originalité et d’une pensée qui, sur bien des points, était bien en avance sur son temps.

LA QUINTESSENCE DE LA SOURATE « L’ETOILE »
Très importante chez les Soufis, cette Sourate relate l’ascension du Prophète Sidna Muhammad (sur lui la Prière et la Paix) ; ascension à laquelle aspire tout cheminant mais réalisée par les élus seulement d’entre les rapprochés.
Dans ce commentaire mystique, le Cheikh s’arrête longuement aux notions essentielles de cette sourate telles que « le lotus de la limite », le « grand signe » ou « l’assemblée suprême ». C’est un commentaire qui éclaire bien des points obscurs de cette sourate révélée à la Mekke.

LA CLE DES SCIENCES DE L’INTIME OU LA  » SOURATE AL’ASR « 
Court traité dans lequel le Cheikh traite des principes fondamentaux du bonheur dans ce monde et dans l’autre.
Partant de la sourate « Al’Asr « , le Cheikh distingue quatre principes, à savoir :
– la croyance en Dieu et en Ses Envoyés
– les bonnes actions
– la patience
– se recommander la vérité.

DISCOURS AUTORISE SUR LA LEGALITE DU  » DHIKR « 
Point central dans le Soufisme, le Dhikr du Nom Suprême n’a été abordé, en raison de sa subtilité en même temps que de sa puissance foudroyante, que par certains grands Maîtres. Il est, pour celui qui en détient le secret, la preuve évidente de l’héritage Muhammadien. Le chercheur sincère ne peut s’empêcher de reconnaître là, l’autre perle que le Cheikh Al Alawi nous donne et qui illustre la fécondité de sa pensée, la valeur de son expérience et l’inestimable valeur de son héritage spirituel.
Parus tout d’abord dans la revue  » Al Balâgh AI Jazâirî « , ces articles ont été groupés dans un seul ouvrage et auxquels a été ajouté un supplément contenant des témoignages de plusieurs savants de l’Université  » Qarawiyîn » du Maroc.

RECHERCHES  » ALAWIYYA  » DANS LA PHILOSOPHIE ISLAMIOUE
En fait, il ne s’agit guère de philosophie, au sens courant du terme.
Cet ouvrage du Cheikh Al Alawi met une lumière à l’honneur, celle du ‘Aql, en montrant son affinité avec les données révélées avec la Parole Divine, avec le Coran généreux et sublime. Et qu’est-ce que le ‘Aql ? C’est cette lumière de l’intelligence proprement humaine, pensée et tous ses attributs. Dans cet ouvrage, le Cheikh fait appel à notre réflexion et nous guide dans l’examen de l’Univers qui nous entoure. Il nous amène à nous questionner sur son origine et sur sa finalité, qui est l’Homme. Et ce qui est extraordinaire, c’est de s’apercevoir alors que le raisonnement sainement conduit à partir de nos propres perceptions immédiates nous amène immanquablement au seuil de la Révélation ; bien plus il attire à nous cette Parole Divine, que nous sommes alors à même d’apprécier à sa juste valeur et d’accepter en toute connaissance de cause. C’est ainsi que l’adhésion pleine et entière à la Loi divine s’inscrit pour nous dans l’équilibre cosmique tout entier. Le Livre de Dieu ne déclare-l-il pas :  » Ceux qui sont dans les cieux et ceux qui sont sur la terre se prosternent devant Dieu – ainsi que leurs ombres – de gré ou de force, le matin et le soir  » (Coran XIII, 15).
Saluons ce rappel du Cheikh Al Alawi, qui nous ramène aux vérités fondamentales, dont le seul voile jamais ne fut que l’évidence.

REPONSES A L’OCCIDENT
Ces dix réponses constituent un document d’une importance capitale.
Elles n’ont jamais été éditées jusqu’à présent, pas même en arabe. Les questions qui sont à l’origine de ce manuscrit avaient été posée au Cheikh Al Alawi en 1924 par M. Tapie, un libraire d’Oran (Algérie), homme cultivé et fin connaisseur de l’islam.
Et cette longue réponse qu’y fait le Cheikh est vraiment un enseignement d’une richesse extraordinaire ; sa valeur pour les occidentaux ne peut être assez appréciée. Car on ne trouve guère de grands Soufis en ce siècle qui aient traité ces sujets. Le Cheikh y a répondu en détail, avec générosité, pourrait-on dire.
Nul doute que tous les chercheurs occidentaux voudront prendre connaissance de ces réponses qui leur sont enfin accessibles après soixante années d’oubli ?

DIWAN
Recueil de poèmes mystiques où le Cheikh célèbre la Présence prophétique et l’ivresse de l’Amour Divin dans un style poétique flamboyant.
Il est à noter que l’une des pièces maîtresse de ce recueil est son long poème dit « Lâmiya » (dont la rime se termine par un L) et qui constitue tout un programme pour le disciple qui entreprend le voyage dans la voie de Dieu.
Inspiré de l’émanation de la Présence de l’Unité, ce poème ainsi que d’autres sont un chef-d’oeuvre de spiritualité et d’art poétique.

LA LUMIERE DE PLUS GRANDE CLARTE
« Wa Kullu khillin lahu khalilu »
« Pour tout amant Son intime »
Ainsi s’exprime le Cheikh dans un de ses poèmes.
Dans ces moments de secret, de solitude sereine et paisible, où l’être vit cet état de « miskîn » (nécessiteux spirituel), l’amant a besoin de se retrouver avec le Bien-Aimé.
Le Cheikh AI Alawi, à travers ces confidences secrètes nous fait pénétrer et goûter ces moments. « Al Munâjât » est un petit livre contenant le discours intime ainsi qu’un certain nombre d’aphorismes et de pensées exprimant la sagesse du Cheikh.
L’importance de ces  » munâjât  » est telle que le Cheikh AI Alawi lui- même conseille aux disciples de les réciter au moins le jeudi soir. Une telle récitation est source de lumières et de dons spirituels pour celui qui s’y adonne.

L’ASCENSION DES « SALIKIN » ET LE BUT DES « WASILIN »
C’est le commentaire entrepris par le Cheikh Al Alawi d’un poème de son Maître spirituel Sidi Muhammad Al Bûzîdî. C’est l’une des premières Ouvres du Cheikh dans laquelle il entreprend un commentaire spirituel selon la méthode dite « du goût » (Dhawq).
Il serait peut-être utile de rappeler qu’à travers la lecture de ce commentaire, nous pouvons percevoir en partie, le degré de réalisation auquel le Cheikh Al Alawi était parvenu et cela, dès le vivant de son Maître.

L’ARBRE DES SECRETS OU LA PRIERE SUR LE PROPHETE ELU
« Oui, Dieu et Ses Anges bénissent le Prophète.
Ô vous, les croyants !
Priez pour lui et appelez sur lui le Salut » (Coran XXXIII, 56).
Dans cet opuscule, le Cheikh Al Alawi nous donne quelques-unes des significations que comporte la prière sur les prophètes en général et sur le prophète Muhammad en particulier. L’auteur attire l’attention du lecteur et l’incite à découvrir la présence de l’esprit Muhammadien, âme universelle insufflée à Adam, premier chaînon dans le cercle de la Prophétie.

SA SAGESSE
Ce petit livre est une quintessence de ce que les Soufis nomment « Ma’rifa », la gnose, la connaissance. C’est un ensemble d’aphorismes tirés de l’œuvre du Cheikh ; et, s’ils sont peu nombreux, la lumière incomparable qu’ils projettent dans notre conscience intime en fait des thèmes de méditation inépuisables. Ils montrent assez quel était le rang spirituel du Cheikh Al Alawi. Tout chercheur de vérité trouvera en chacun de ses aphorismes, s’il sait les interroger avec l’intelligence du cœur, les scruter avec l’œil du connaissant, un joyau qu’il fera sien et qui sera son guide dans une voie riche en mystères mais fertile en pièges. Mais à l’esclave, tout est possible quand tout lui est par son Seigneur et par nul autre. En attendant la prochaine publication en français d’œuvres du Cheikh consacrées à la Voie spirituelle, ce petit livre satisfera la soif du vrai chercheur. Et nous lui souhaitons l’accès vers ce qu’il cherche, s’il plait à Dieu.

LES DONS SANCTIFIES
C’est l’un des meilleurs ouvrages qui aient été écrits sur la religion musulmane d’un point de vue soufi. En effet, il ne s’agit rien de moins que du commentaire ésotérique du dogme et du rituel de la religion musulmane.
Partant de l’exposé versifié de la religion islamique dans ce qu’elle a d’extérieur et de formel fait par Ibn ‘Achir et intitulé « Al Murshid al Mu’in » (le guide qui aide), le Cheikh AI Alawi fait ressortir avec une évidente clarté les implications subtiles et les significations cachées de ce dogme et de ce rituel.
Ce livre constitue un monument de la Bibliographie Soufie à l’époque moderne ; et en tout cas, c’est l’une des meilleures productions de la pensée en Algérie durant la période dite de la « Renaissance culturelle » (nahda).

LA SOURCE PURE OU LES REPONSES ET LES LETTRES
« At Ta’bîr ‘alâ hasabi at tanwîr », disent les Soufis. (Les propos de l’être reflètent le degré de son illumination).
Le Cheikh Al Alawi, dans cet ouvrage, répond de la façon la plus spontanée et avec une aisance qui impose admiration et respect auprès d’un auditoire divers qui lui pose des questions. Il dénoue, d’une manière simple et claire à la fois, quelques-uns des sens cachés de versets coraniques, de hadiths, de certaines caresses de Soufis et autres, laissant le soin au lecteur d’apprécier leur contenu.
Il n’en demeure pas moins que ces réponses elles-mêmes constituent une richesse énorme pour qui les médite et constate par là-même que la pensée de cet être exceptionnel et son savoir font qu’il dépasse de loin ses contemporains.

COGNITIONS UNIVERSELLES
L’expérience vécue de tout initié a pour aboutissement :  » Shuhûd wa ‘ayân  » (vision et témoignage vivant).
Témoin de la Vérité, témoin de l’Unicité, ce grand Maître, du vivant de son Cheikh, nous offre ici à travers des considérations d’ordre astronomique et sociologique, une interprétation spirituelle de l’univers.
Partant des connaissances objectives de ce qui est, il nous mène à la connaissance de ce qui doit être, à savoir la nécessité du Tawhîd (Unicité).
S’il est important de connaître la configuration du ciel et la position des astres qui s’y meuvent, il est plus important encore de pouvoir y lire la Sagesse Divine qui préside à toute chose.

LE MODELE UNIQUE DE LA PURE UNICITE
Court traité, dans lequel le Cheikh analyse les significations ésotériques du point qui se trouve sous la lettre Ba (B) dans « Bismi L-Lâhi R-Rahmâni R-Rahîm » (Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux).
D’étape en étape, le Cheikh nous amène vers ce point d’où tout émane et où tout converge. Il symbolise en effet la source de la création et de la Manifestation Divine comme seul principe premier et éternel.
Les perles retirées par le Cheikh de ses plongées dans l’océan de l’Unicité sont d’une rare beauté et a nulles autres pareilles.

DISCOURS AGREE OU LA THEOLOGIE RATIONNELLE
L’enseignement du Cheikh Al-Alawi comme celui de tout autre maître Soufi étant basé sur le « Tawhîd » ou l’Unicité, ce court traité donne les éléments théoriques essentiels permettant à tout cheminant de réaliser « Lâ llâha Illa L-Lâh » (Il n’y a pas de dieu, si ce n’est Dieu).

DISCOURS CONNU OU REFUTATION DE CEUX QUI NIENT LA DOCTRINE « SOUFIE »
Comme son nom l’indique, ce texte est une épître qui vise à réfuter les arguments fallacieux des adversaires du Soufisme. Se référant aux textes les plus authentiques et les plus autorisés, le Cheikh montre également le fondement coranique et traditionnel (c’est-à-dire fondé aussi sur la Sunna et les hadiths du Prophète) de la doctrine Soufie. L’argumentation développée par le Cheikh Al-Alawi se révèle être décisive par sa rigueur et la force de son évidence.

TRAITE  » ALAWI  » DES PRESCRIPTIONS RELIGIEUSES
Traité composé de mille vers environ qui expose le dogme et sa théologie ainsi que les prescriptions relatives au jeûne, au pèlerinage, à l’aumône légale et à d’autres obligations religieuses.
Cet ouvrage nécessaire à tout musulman soucieux de connaître les principes de sa religion se termine en outre par un chapitre spécial sur le Tassawwuf (Soufisme). Le Cheikh y expose la doctrine et les normes à suivre avec la profondeur et la clarté du Maître inspiré.

LA MANIFESTATION DES EVIDENCES DANS L’INTRODUCTION DES PRINCIPES
Cette introduction constitue en elle-même une unité complète. Elle fait partie de ces réponses qui, sur le point de paraître, sont un rappel pour l’Occident désireux de découvrir une partie de l’Enseignement de Sidna ‘Isâ (Jésus, sur lui la Prière et la Paix). Il s’agit, dans cette introduction, du problème essentiel de l’humanité, à savoir la nécessité où elle se trouve d’avoir pour guide une Loi Divine. En effet, seule une religion authentique fondée sur l’Unité est capable de montrer le chemin du bonheur dans les deux mondes.
Le livre constitue essentiellement une réfutation des idéologies athées qui prétendent connaître les vérités métaphysiques par la simple raison.

LA MANIERE DE L’ANTIMOINE OU LA TRADITION DE METTRE UNE MAIN SUR L’AUTRE AU COURS DE LA PRIERE
Il s’agit d’une réponse faite à un cheikh tunisien qui s’interrogeait sur le bien fondé de cette tradition qui consiste à poser une main sur l’autre au cours de la prière.
Le Cheikh Al Alawi justifie cette position en se référant à des traditions remontant aux compagnons du Prophète et leurs successeurs ainsi qu’aux jugements émis par l’Imam Mâlik sur cette question.

LES FLUX VITAUX DE LA SAGESSE
Brillant commentaire des aphorismes (hikam) du grand soufi de Tlemcen, Sidi Abû Madyan Al Ghawth (1126-1197).
La profondeur du commentaire et la clarté de l’expression font de ce livre un chef-d’oeuvre du genre. Il constitue de ce fait un excellent instrument de travail pour le chercheur qui veut enrichir son information concernant la voie Soufie et ses secrets.

ELEMENTS EN VUE D’UNE AIDE AU DISCIPLE
Manuel très clair exposant avec simplicité les principes de la religion et surtout les éléments du dogme et de la théologie. Le disciple ou tout débutant dans les études religieuses peut y trouver l’essentiel de ce qu’il faut connaître sur la foi musulmane.

LA VOIE DU « TASAWWUF »
Constituant l’intériorité de tout Message et plus particulièrement de l’Islam, le tasawwuf a toujours été et demeure la voie de l’élite. Ceux qui le suivent, vivent le Message dans sa profondeur ; Message transmis par le Prophète Sidna Muhammad (sur lui la Prière et la Paix) l’Islam avec ses trois fondements : – Islam – Imâm – Ihsân.
Le Cheikh Al Alawi nous décrit dans ce traité la voie, sa doctrine, les règles de conduite du disciple ainsi que les qualités que doit avoir le vrai Maître.
Ouvrage précieux pour tous ceux qui, à un titre ou à un autre s’intéressent au Soufisme.