Faire la paix avec la Terre

juin 24, 2015 
Categorie : Actualité, Agenda, Conférences, Featured

La conférence sur le climat qui aura lieu en décembre 2015 à Paris exigera des décisions courageuses pour s’éloigner le moins possible de l’objectif d’une augmentation maximale de 2° Celsius d’ici à la fin du siècle.

Or, nous sommes sur une trajectoire d’augmentation de la température moyenne de 3 à 4°. Les déstabilisations qui en découleraient, ajoutées à nos autres difficultés, pourraient nous précipiter dans un déchaînement de violences planétaire.
Cette conférence sera l’occasion de repenser les fondements de notre relation à l’humanité et à la nature.
Il ne s’agira pas « que » de sauver le climat – qui change et changera irrémédiablement – mais de nous sauver nous, sauver la paix sur Terre.

Nous invitons tous ceux qui s’impliquent dans l’écologie, la paix et la spiritualité  à se mobiliser cette semaine, en vue d’entamer un grand courant de mobilisation pour tenter d’influer sur l’issue de la COP 21 qui aura lieu à Paris fin 2015, et de réfléchir ensemble aux moyens les plus appropriés. 

Jamais dans son histoire l’espèce humaine ne s’est posé un défi aussi immense, global. Nous devons inventer, ensemble, un futur commun possible, construit sur la paix et la bonne volonté qui est en chacune et chacun de nous. Nous avons le devoir impératif d’inventer l’humanité de demain.

Seront présents :
– Cheikh Bentounes (guide soufie)
–  Dominique Bourg (philosophe et vice-prés. de la Fondation N. Hulot) « Climat et Spiritualité »
– Michel Maxime Egger (philosophe)
– Jean-Marc Falcombello (spécialiste du bouddhisme tibétain)
– Marc-Raphaël Guedj (rabbin)
– Martin Kopp (délégué protestant aux conférences climat) « Les actions interreligieuses pour le climat vers et pendant la COP21, en France et à l’international »
– Marie-Antoinette Melières (climatologue)
– Corine Pelluchon (philosophe)  « Écologie et existence  : Reconcilier l’homme et la nature »
– Bernard Perret (économiste) « La logique de l’espérance »
– Cécile Renouard (religieuse et philosophe)
– Otto Schäfer (pasteur protestant) « La transition énergétique – une dynamique spirituelle »
– Marc Stenger (évêque de Troyes)
– Philippe Roch (ancien Secrétaire d’Etat Suisse) « Nature et spiritualité »
– Virgile Rochat (théologien) « Ecologie et spiritualité…  Ecologie et foi chrétienne… écologie et Bible… »
– Adèle Thorens (co-présidente des Verts suisses)
– Harri Wettstein  « Démographie et empreinte écologique : la symptothermie »

Nicolas Hulot et Jean-Marie Pelt enverront une vidéo enregistrée spécialement pour l’événement.

D’autres intervenants se joindront au programme.

Conférences, ateliers pratiques, ateliers corporels, cercles de parole, balades, concerts informels

Et pour donner la parole aux enfants

Une proposition à l’attention des enfants de 6 à 12 ans se déroulera pendant les heures des programmes adultes.
Portés par la nature époustouflante du Val de Consolation, les enfants sauront mettre, en actions, en œuvres ou en mots le lien naturel et si simple qu’ils nourrissent avec la Terre.
Accompagnée par l’équipe d’EduKa-3000, professionnels de l’éducation et enseignants, cette proposition a été imaginée pour que la parole des enfants résonne elle aussi fortement dans la grande mobilisation souhaitée par les adultes.
Les enfants de moins de 6 ans ne pourront pas participer à la Maison des Enfants. Ils sont bienvenus en restant sous la responsabilité permanente de leurs parents.

 

Source et informations pratiques : www.terre-du-ciel.org

Faire la paix avec la Terre

Share on Facebook

Congres International Féminin pour une Culture de Paix

juillet 8, 2014 
Categorie : Actualité, Agenda, Communiqué, Conférences, Featured, Rencontres

Chères amies, chers amis,

Du 27 octobre au 2 novembre 2014, l’Association Internationale Soufie Alâwiyya et la Fondation Djanatu al-Arif organisent à Oran et Mostaganem (Algérie) le Congrès International Féminin pour une Culture de Paix « Parole aux femmes ». Ce congrès, une première mondiale, a pour objectif d’amorcer une réflexion sur l’importance des femmes et du féminin pour l’humanité. Cette réflexion, centrée sur la tradition musulmane vise à susciter une mutation profonde de nos sociétés où les hommes et les femmes seraient égaux et responsables. Il réunira plus de cinquante spécialistes mondiaux pour apporter leur connaissance et leur vision de la place des femmes et du féminin dans le monde et notamment le monde musulman. Des actions concrètes seront proposées pour créer les fondements d’une véritable culture de paix et favoriser l’émergence d’une société du « mieux vivre ensemble ».

Ce n’est pas un hasard si nous lançons cette nouvelle initiative. En effet, partout dans le monde, des femmes et des hommes attendent avec espoir et impatience la concrétisation de l’égalité entre les genres. Ce premier congrès mondial sur le thème du féminin, en particulier dans la culture musulmane, ambitionne de porter ce message essentiel qui doit être entendu partout parce qu’il apportera un éclairage et une vision nouvelle et concrète dans le destin de nos vies.

Les femmes ont un rôle essentiel dans l’établissement de cette culture de paix, particulièrement grâce à l’impact qu’elles ont sur l’éducation dans la société. L’égalité des hommes et des femmes est loin d’être une réalité tangible, en particulier dans certain pays musulmans. Partout dans le monde, les femmes sont encore victimes de violence, de discrimination et d’injustice. Les valeurs féminines d’amour, de paix et de coopération sont les graines qu’il faut semer pour créer le monde de demain. Sans les femmes et ces valeurs, la culture de paix ne pourrait s’établir.

Comme vous le savez, le rôle d’AISA ONG Internationale et l’impact de son message de paix et du « mieux vivre ensemble » ont été reconnus par l’Organisation des Nations Unies. Nous sommes l’un des tout premiers organismes de nature spirituelle à obtenir le statut consultatif spécial de l’ONU auprès de l’ECOSOC (Conseil Économique et Social). Cette reconnaissance est importante et nous incite à porter et promouvoir avec vigueur les valeurs universelles et spirituelles de la voie soufie Alâwiyya.

C’est avec un grand plaisir que je vous invite, à vous joindre à nous pour participer à ce Congrès et contribuer, ensemble, à sa promotion et sa réussite.

Vous pouvez dès à présent vous inscrire en ligne sur le site internet du Congrès (http://congres-international-feminin.org) et diffuser l’information autour de vous. Il vous est de plus possible de suivre, en temps réel, les principales informations y afférentes sur la page Facebook qui lui est consacrée (facebook.com/congresinternationalfeminin). N’hésitez pas à inviter les membres de vos réseaux sociaux respectifs à faire de même pour contribuer à faire de cet évènement déterminant dans notre recherche d’une humanité meilleure, un succès mondial.

Paix et fraternité
Cheikh Khaled Bentounes

 

Site : http://congres-international-feminin.org

facebook.com/congresinternationalfeminin

Share on Facebook

Aux antipodes du salafisme : le soufisme

avril 26, 2014 
Categorie : Actualité, Conférences, Featured, Interview

Rediffusion d’un reportage diffusé une première fois le Dimanche 31 mars 2013

A une époque où la presse évoque régulièrement le cas de ces jeunes européens musulmans, partis combattre en Syrie, et souvent attirés par les mots d’ordre religieux les plus radicaux, Interception s’intéresse cette semaine à un courant de l’Islam : le soufisme. Un courant porteur d’une véritable philosophie de la tolérance, et qui est souvent la première  cible des tenants d’un Islam radical : on l’a vu au Mali avec la destruction des mausolées de Tombouctou. Mais des cas semblables d’agression ont eu lieu en Tunisie, en Lybie ou au Pakistan.
Le soufisme n’est plus tout-à-fait inconnu des Français depuis que le slameur Abd al-Malik s’en réclame.
Le soufisme a aussi souvent croisé l’histoire de France : l’Emir Abd el-Kader, résistant à la colonisation française de l’Algérie, était un théologien soufi.
Aujourd’hui, plusieurs confréries venues principalement d’Afrique du nord et d’Afrique de l’ouest s’emploient, très discrètement mais très activement, à porter dans l’hexagone le message d’un islam ouvert, tolérant et apaisé.

L’ONU elle-même vient de reconnaître ce caractère universel des valeurs portées par le soufisme, puisqu’elle a attribué à l’une de ses principales organisations un statut consultatif spécial.

Il s’agit de AISA

A réécouter :

Share on Facebook

Les femmes musulmanes aujourd’hui entre le fait religieux et la réalité sociale

Dans le cadre de l’organisation du Congrès International Féminin-pour une culture de paix- 2014 « Parole aux Femmes », la coordination nationale des écoles associées de l’Unesco a initié en partenariat avec la Fondation méditerranéenne pour le Développement durable, Djanatu-Al-Arif, un cycle de trois séminaires d’étude. La première session a été programmée le jour de l’emblématique « Journée internationale des femmes ». Ce séminaire a été accueilli au siège de la Fondation à Mostaganem. La thématique : « Les femmes musulmanes aujourd’hui entre le fait religieux et la réalité sociale », a été mise au débat avec une trentaine de femmes et d’hommes, d’universitaires, de cadres, de médecins et de membres du comité d’organisation du Congrès International Féminin. Le débat très animé au cours des trois ateliers présentés ci-dessous a été source d’un enrichissement mutuel. Rendez-vous est pris avec enthousiasme pour les 15 et 22 mars 2014.

Atelier « Egalité Homme-Femme en Droit algérien », animé par Mme Louisa HANIFI, Docteure en Droit privé de l’Université de Perpignan et professeure à la Faculté de Droit de l’Université d’Alger Cet atelier a posé la réflexion sur la place du principe d’égalité hommes-femmes dans le système juridique algérien. En théorie, cette notion est réputée constituer un des principes fondateurs de la société algérienne moderne. Elle constitue une règle essentielle dans de nombreux domaines du droit : droit du travail, droit commercial, droit pénal, etc. Il n’en demeure pas moins qu’elle s’avère être difficilement admissible dans certains domaines, dont particulièrement celui du droit de la famille. Quels sont les efforts consentis par les institutions officielles pour réduire les disparités entre les genres dans le domaine du statut personnel ?

Atelier « La lutte contre la violence à l’égard des femmes », animé par Mme Samia Bengouia, Docteure en Droit musulman, de la Faculté des Sciences Islamiques d’Alger et Maître de Conférences en Droit de la Famille à l’Université d’Alger I, cet atelier a permis :
– d’ouvrir le débat sur les violences physiques et morales dont souffrent des milliers de femmes dans le Maghreb en général, et en Algérie en particulier.
– de découvrir les instruments juridiques mis à la disposition des personnes et de la société civile pour lutter contre ce fléau.
– d’évaluer la pertinence de la politique algérienne de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Atelier « Le Féminin et l’éducation à la citoyenneté », animé par Mme Chérine Mekideche, Maître de conférences en Psychologie à la Faculté des Sciences humaines de l’Université d’Alger II, et Chercheuse au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC – Oran).
Cet atelier a invité à méditer sur la notion d’éducation à la citoyenneté. Cette notion pédagogique vise à transmettre des valeurs de paix, du vivre-ensemble, de l’éveil à la solidarité, à l’environnement et au développement durable. Force est de constater que le principe d’éducation à l’égalité des genres et au respect mutuel entre masculin et féminin ne semble pas y occuper une place prépondérante. Ce constat est d’autant plus alarmant que l’équilibre des rapports de genres constitue le fondement de la cohésion sociale à l’heure où la construction sociale fait face à de grands bouleversements dans un monde globalisé.

 

Share on Facebook

Page suivante »